Contactez-nous au +216 71 885 361 ou aanoa.president@yahoo.com

JO 2016, 50 km marche : La course infernale et héroïque de Yohann Diniz, septième du 50 km marche

JO 2016, 50 km marche : La course infernale et héroïque de Yohann Diniz, septième du 50 km marche

Pour l’athlète de 38 ans, les JO semblent maudits. En 2008, à Pekin, Yohann Diniz avait été contraint à l’abandon à cause de douleurs au ventre et aux cuisses. A Londres, en 2012, il avait été disqualifié après son arrivée pour s’être ravitaillé hors zone. A Rio, il a été victime de problèmes gastriques mais a fini au courage. Retour sur sa course héroïque en quatre actes.

A Rio, Yohann Diniz crée la différence dès les premières minutes de la course et sème rapidement ses adversaires. L’écart se creuse : il obtient jusqu’à 2 minutes d’avance sur ses poursuivants.

Après une heure et demie de course, le Français est saisi par des problèmes gastriques. Malgré la douleur, Yohann Diniz reste en tête. Il continue, comme si de rien n’était. A mi-course, pourtant, il ne compte plus que 1’40 d’avance sur ses adversaires. Mais son avance finit par fondre.

A18 kilomètres de l’arrivée, Yohann Diniz s’arrête brutalement sur la bas-côté, en proie à des maux de ventre. Il finit par être rattrapé par son rival, le Canadien Evan Dunfee, qui l’encourage à repartir.

Et Yohann Diniz n’abandonne pas. Il est alors en deuxième position. Si le Français s’accroche un temps, malgré la souffrance qui se reflète sur son visage, il est forcé de décrocher.

Jusqu’au kilomètre 35, le marcheur tricolore reste dans le groupe de tête. Mais la douleur est trop forte. Victime d’un malaise, il s’écroule sur le bitume. Des bénévoles se précipitent alors pour le relever. Il repart à nouveau. Mais ses rêves de médaille olympique s’envolent. Sur les réseaux sociaux, des messages de soutien affluent.

Le sportif, triple champion d’Europe, n’abandonne pas. Yohann Diniz finit par passer la ligne d’arrivée après 3 heures 46 minutes et 43 secondes infernales, soit à près d’un quart d’heure de son record personnel.

Il termine ainsi en septième position, loin derrière le Slovaque Matej Toth, médaillé d’or en 3h40’58 ». Selon son entraîneur, le marcheur a perdu connaissance à l’arrivée et a été envoyé à l’hôpital, victime de déshydratation.